Recruter un avion de combat

Sérieux, rigoureux, respectueux des règles, sachant déjà faire ce qui lui sera demandé et le refera scrupuleusement, bref fiable voilà le profil-type.

Grâce à « Georges », il prend les routes tracées, banalisées. Dans un avion de ligne, Georges c’est le pilote automatique qui, hors les phases de décollage et atterrissage, arrive à l’heure là où on lui a demandé, pas capricieux. Le dirigeant, le manager voyage tranquille ou peut même rester au sol, il est confortable.

Pour que le collaborateur soit fidèle longtemps, il convient de penser salaires, réduction de son champ d’action versus augmentation des responsabilités, dynamisme d’entreprise mais pas trop, bref d’être toujours plus confortable. La course aux dépenses est engagée pour plus de moyens afin d’éviter de gagner moins. L’excès de moyens, c’est le luxe.

A la base, c’est le même, 2 bras, 2 jambes, 1 tête…mais dans l’action, il est différent.
Capable de trajectoires inespérées, avec son armement complet, ses radars ultra-perfectionnés, rien ne l’effraie. Il ne craint pas d’être malmené, il est même conçu pour. Certes, il faut le surveiller de près, tenir le manche car il décroche sans trop prévenir. Il coûte un peu plus cher mais il réussit des challenges supérieurs et inattendus dont l’atteinte ne demande pas une lourde programmation. Il va si vite que rapidement il arrive hors zone, en terres à conquérir.

Bref c’est un avion de combat et la réussite de l’entreprise est un combat.

Pour les recrutements, penser aux « avions de combat ». Certes il faut monter à bord, ils vont vous fatiguer, un peu, mais ils rapportent tellement plus.
Et de plus, comme peu savent les piloter, ils n’attendent que vous.

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire